QUI SOMMES-NOUS?       THÈMES        LIENS        PLAN DU SITE      CONTACTEZ-NOUS

 

Marie, la mère de Jésus

Les chrétiens aiment beaucoup Marie. Les évangiles nous disent peu de choses sur sa vie. Mais ces choses sont importantes car elles nous rapprochent de son fils Jésus. Du plus profond de son coeur, Marie a voulu être la "servante du Seigneur". Elle a avancé dans la vie en grandissant dans l'intimité avec Dieu et trouvant sa nourriture à faire la volonté de Dieu. Depuis vingt siècles, des peintres, des sculpteurs, des verriers, nous parlent d'elle à leur façon. De plus, le calendrier liturgique accorde une grande place aux fêtes mariales et le mois de mai lui est consacré.

Le oui de Marie

Marie, fille de Anne et Joachim était une jeune juive de Nazareth au pays d'Israël qui aimait beaucoup Dieu et savait qu'il avait promis de venir habiter chez les hommes. Elle était fiancée à Joseph le charpentier.  Un jour un  ange est venu lui demander d'être la mère de son Fils. Marie se demanda comment cela pourrait se faire et l'ange lui dit: "N'ai pas peur, Marie. L'Esprit Saint viendra sur toi et ton fils sera le fils de Dieu." Marie accepta le projet de Dieu sur elle. Elle partage ce projet à Joseph et aussi à sa cousine Élizabeth qui se réjouit que Marie, Mère du Sauveur la visite.

 "Je te salue Marie" a dit l'ange!

 "Tu es bénie entre toutes les femmes" a dit Élizabeth!

Naissance de son fils Jésus

Chacun devait aller dans sa ville d'origine se faire recenser car l'empereur voulait savoir combien de personnes habitaient les villes de son pays. Marie en était à neuf mois de grossesse et elle accompagna Joseph pour ce grand voyage  de trois jours à dos d'âne jusqu'à Bethléem. Arrivée, elle sentit que le moment était venu pour accoucher. Elle mit au monde son enfant dans une étable car il n'y avait plus de place dans les auberges. Et voici que des bergers des environs arrivèrent. Ils avaient appris la naissance par un immense chant de joie des anges dans le ciel qui annonçaient la naissance du Sauveur du monde, l'Envoyé de Dieu, le Messie, le Christ. Marie les écoutaient, émerveillée. Elle reconnaître Jésus comme un cadeau précieux de Dieu pour tous les humains. Elle gardait tous ces événements dans son coeur. (Lc 2,19) Cette attitude d'accueil et d'écoute caractérise la vie intérieure de Marie. Elle ne comprend pas tout, mais reste disponible à la volonté de Dieu, vivant dans la prière la grande aventure de la foi.

 "Jésus le fruit de tes entrailles est béni"  a dit Élizabeth à Marie.

Marie et la simplicité de la vie de famille

Marie et Joseph durent fuir en Égypte pour protéger l'Enfant-Jésus qui était menacé de mort par le roi Hérode car il  ne voulait rien savoir de la présence d'un autre roi que lui-même. Quelques années réfugiés en Égypte, puis ce fut le retour à Nazareth après la mort d'Hérode. Marie s'occupait des tâches ménagères et de l'éducation de son fils du mieux qu'elle pouvait et  Joseph, un homme juste et bon,  travaillait comme charpentier. Lui, Jésus,  grandissait en sagesse et en grâce sous le regard de Dieu.

Un mère qui voit son fils mourir

Vers, l'âge de 30 ans Jésus commença à annoncer dans tout le pays la Bonne Nouvelle de l'amour de Dieu. Il écoutait chacun, guérissait les malades en compagnie de ses douze apôtres. Il fit son premier miracle à Cana lors d'une noce durant laquelle Marie, qui voulait que tout le monde soit joyeux et qui avait une grande confiance en son Fils,  invita Jésus à passer à l'action puisque les mariés n'avaient plus de vin pour leurs invités; Jésus changea alors l'eau en vin.  Marie devient ainsi la première disciple de Jésus qui conduit l'Église vers Dieu. (Jn 2,5)  Jésus était mal vu par les responsables religieux. Ils n'acceptaient pas qu'il se dise si proche de Dieu et même le Fils de Dieu. Ils étaient jaloux et le firent condamner à mort. En une veille de fête de Pâque, des soldats l'arrêtèrent et le clouèrent sur une croix. Marie n'abandonna pas son Fils, elle souffre avec lui. Elle ne se referma pas sur sa douleur et se tenait debout au pied de la croix. À côté d'elle, il y avait l'apôtre Jean.

Marie, notre mère du ciel

Avant de mourir Jésus dit à Marie en parlant de Jean: "Femme, voici ton Fils". Et à Jean: "Voici ta mère". Après la mort de Jésus, Jean recueillit Marie chez lui. Les chrétiens catholiques comprennent alors que Jésus a donné Marie à toute l'Église car Jean représentait tous les apôtres. C'est ce qui fait que Marie est notre mère du ciel et aussi la mère de Dieu.

 

Sainte Marie Mère de Dieu, prie pour nous pécheurs...  ... maintenant et à l'heure de notre mort.

Marie est la première chrétienne. Avec les apôtres, elle reçut l'immense joie de la résurrection. Quand Jésus fut monté vers son Père, elle continua avec les apôtres à célébrer Dieu. (Actes des Apôtres, 1, 14) Une joie sans pareil a rempli son coeur. C'est une femme au coeur sage et docile, pleine de force, d'espérance et de compassion. Elle est notre mère du Ciel, elle nous accompagne à tous les moments de notre vie et veut nous guider vers son Fils Jésus.

Prières à Marie

"O Marie, la plus belle créature du Père, comment t'aimer comme tu nous aimes? Nos prières sont tellement imparfaites. O notre douce et tendre mère du ciel, regarde-nous comme si tu voyais le Fils, accueille-nous et attire en nous l'Esprit, pour que nous soyons des témoins de Jésus, maintenant et à l'heure de notre mort." Amen. (Tiré de la revue Notre-Dame du Cap, mai 2003)

"Tu es la Mère des va-nu-pieds, de ces enfants abandonnés. Notre-Dame de nos errances, Notre Mère de l'Espérance, tu es là, dans notre quotidien, dans ces tâches monotones qu'il nous faut accomplir chaque jour, ces milles choses qui nous attendent sans parfois en trouver le sens.

Tu es là, dans nos heures de souffrances, quand la nuit se fait longue et l'absence pesante; quand le coeur se fait lourd d'attente, de soucis, d'avenir incertain; quand la peur nous terrasse, toi, Marie, au pied de nos croix, tu es là près de nous. Et ton "Oui" devient nôtre, notre quotidien trouve sens en prend sa source en Lui, Christ, Ressuscité!"  Rozenn (Tiré  de la revue Notre-Dame du Cap,  mai 2002)

 

"Nul n'a goûté le Christ autant que toi Marie. Dans la paix de l'Esprit, au secret de ton coeur, gardant toutes ces choses durant trois décennies. Nul n'a goûté le Christ autant que toi Marie.

Nul n'a donné le Christ autant que toi Marie. Aux bergers, aux disciples, aux malades... aux bourreaux, à l'Église en prière et à moi, le dernier. Nul n'a donné le Christ autant que toi Marie." (A.D. tiré de la revue Notre-Dame du Cap, juin 1998)

 

Les familles chrétiennes aiment prier le Chapelet et méditer ainsi les différentes parties de la vie de Jésus.

Prier le chapelet

 

rosary20french.gif

 

Qu'est ce qu'un chapelet? C'est un objet de dévotion généralement constitué de perles enfilées en collier sur un cordon. Il est utilisé par de nombreuses religions pour compter les prières récitées d'une manière répétitive en égrenant les perles qui peuvent être constituées de toutes sortes de matériaux. Il s'agit donc d'un instrument de prière qui permet de méditer la vie de Jésus. C'est une prière du coeur. Le chapelet chrétien est composé de 5 séries de 10 grains, enfilés les uns derrières les autres; chaque série étant suivie  d'un grain séparé des autres. Le chapelet a croix à l'extrémité, suivie de 5 grains. 

Origine: Le rosaire est diffusé et popularisé en Europe après les premières croisades dès le 12e siècle par saint Dominique  auquel l'hagiographie traditionnelle attribue son invention. Ainsi les l'ordre des Dominicains répandit-il son usage qui consiste en un exercice de méditation simple sur les épisodes importants de la vie de Jésus-Christ au travers du regard marial.

Le chapelet se dit de la manière suivante: Il débute par le signe de croix, et sur la croix, on récite  un "Je crois en Dieu"  (Crédo) . Puis on récite  un "Notre Père", trois "Je vous salue Marie" et  un "Gloire au Père". Ensuite, on fait la première dizaine. Un "Notre Père" suivi de dix "Je vous salue Marie", clôturé par un "Gloire au Père". Ceci constitue la dizaine, en référence aux dix "Je vous salue Marie". Ce caractère répétitif est favorable à l'aspect méditatif et contemplatif.

Le chapelet se prie d'ordinaire avec le “Rosaire”.

Qu'est ce que le rosaire? Le mot rosaire veut dire littéralement “courronne de roses”. Au Moyen âge, la coutume voulait que les statuts de la vierge soient couronnées de roses, chaque rose symbolisant une prière. 

Le lien entre le chapelet et le rosaire réside dans la récitation des mystères, c'est à dire des événements de la vie du Christ et de la vierge Marie. D'où le caractère méditatif de la prière.

Voici les différents mystères: 

Depuis quelques années, Jean Paul II y a ajouté un autre mystère:  

Ce mystère est dit “lumineux”, car il fait référence au Christ, véritable lumière du monde..

Un tour de chapelet entier fait référence à une des 5 catégories de mystères ; chaque dizaine permet de méditer une partie des 5 composantes du mystère.

Le rosaire peut se prier, dans la semaine, de la façon suivante:


Mystères joyeux = lundi et samedi
Mystères lumineux = jeudi
Mystères douloureux = mardi et vendredi
Mystères glorieux = mercredi et dimanche 

Tiré du site: http://nostredame.unblog.fr/2008/12/14/comment-prier-le-chapelet-et-le-rosaire/

 

Pour voir d'autres prières à Marie en différentes langues, cliquez ici!

 

Page précédente